La Compagnie MAD / Sylvain Groud

La danse et la musique live, une écriture affrontée à d’autres médiums

La danse de Sylvain Groud existe dans son frottement avec d’autres disciplines, comme la musique live, mais aussi les arts plastiques, la vidéo, ou encore la littérature, le théâtre et la poésie. Ses collaborations artistiques, au service d’un projet de création renouvelé, donnent toujours lieu à une recherche commune, celle des zones d’ombre et des territoires. Ces rencontres procèdent inlassablement de l’identification de l’élan vital intime et singulier.

 

Une danse sensorielle, à la rencontre de l'autre

Sylvain Groud inscrit son travail dans le réel et trouve son origine dans l’altérité. Son corps traverse les territoires émotionnels de la cité contemporaine et se confronte à l’autre, qui enrichit insatiablement son vocabulaire chorégraphique. Sa recherche du mouvement fonctionne comme un sismographie de l'espace physique et sensible dans lequel il se crée. Le mouvement, surgissant là où on ne l’attend pas, émerge du lien qui se crée entre l'interprète et son sujet et évolue en fonction de leur échange. Cette danse décortique et met en lumière une réalité invisible, une résonance souterraine. Le dispositif est alors celui d'une extrême porosité avec l'environnement, doublé d’une restitution immédiate devant le « public », témoin devenu protagoniste. Ou témoin devenu danseur. 

 

La danse, véhicule de transmission

Porté par la conviction de croire que l’art est vecteur de décloisonnements et doit s’ancrer dans le réel, Sylvain Groud développe de nombreux projets d’éducation artistique au long cours, prenant racine dans les processus de création du chorégraphe, et qui placent l’artiste au cœur du dispositif de transmission.

 

 

 

Sylvain Groud

 

SYLVAIN GROUD

 

En 1991, Sylvain Groud est diplômé du CNSMD de Paris, section danse contemporaine, et reçoit le prix d’interprétation du concours de Bagnolet avec la compagnie Gigi Caciuleanu. De 1992 à 2002, il est danseur chez le chorégraphe Angelin Preljocaj. Il est lauréat du Concours International de Paris avec sa première chorégraphie et crée ensuite pour le Théâtre national de Bucarest en Roumanie et l’Opéra de Skopje en Macédoine. En 2007, sa pièce Si vous voulez bien me suivre, est remarquée. Avec ses projets in situ, comme People (aujourd’hui plus de deux cents représentations), Sylvain Groud s’attache à faire émerger la danse là où on ne l’attend pas. En 2010, l’Opéra de Rouen lui commande Cordes, pièces pour 8 danseurs et 24 musiciens sous la direction du chef d’orchestre Benjamin Lévy. Dans cette continuité de recherche sur la relation musique/danse, il crée en 2011, Héros Ordinaires pour 4 danseurs et 4 chanteurs lyriques et Collusion pour 4 danseurs avec le compositeur électro Molécule. En 2010, Je suis descendu du plateau est le fruit d’une rencontre avec l’auteure Maylis de Kerangal. La même année, il est invité à rencontrer cinq danseuses Hip Hop à Suresnes Cités Danse et crée Elles, travail qui se prolonge par le solo Ma leçon de hip hop en 2013. En 2012, il commande une œuvre au plasticien Jonathan Loppin. Ensemble, ils créent Chambre 209, une installation chorégraphique, numérique en quadrifrontal. En 2013, passionné par la musique de Steve Reich, Sylvain Groud crée une chorégraphie participative sur Music for 18 Musicians, interprétée en live par l’Ensemble Links. Depuis 2013, le vidéaste Grégoire Korganow trace la présence du chorégraphe auprès des corps fragiles, « Les Chroniques dansées », une collection de films courts réalisés dans différents services du CHU‐Hôpitaux de Rouen depuis 3 ans. En 2015, ils conçoivent ensemble Memento Vivere, une chorégraphie jubilatoire pour 4 danseurs. En 2016, Sylvain Groud crée Come Alive, une battle chorégraphique participative sur l’icône pop et son appropriation, commande du festival Days Off de la Philharmonie de Paris et Trois Sacres, avec Bérénice Bejo. Pour 2017, il prépare La Déclaration, une pièce chorégraphique et musicale pour 5 danseurs et 5 musiciens, avec la compositrice Naïssam Jalal et son ensemble Rhythms of Resistance. 

 

Créée en 2002, la Cie MAD / Sylvain Groud s’installe en Normandie en 2006 et est accueillie en résidence à Vernon. Depuis 2006, les expériences partagées avec la mission Culture à l’hôpital du CHU- Hôpitaux de Rouen mènent la compagnie en résidence à l’EHPAD Boucicaut à Mont-Saint-Aignan. Entre 2008 et 2014, la compagnie reçoit pour ses projets le soutien de la Fondation BNP Paribas. Sylvain Groud est artiste associé aux scènes nationales de Saint-Quentin-en-Yvelines (2010-2014), de Montbéliard (2011-2015) de Sénart-Lieusaint (2015-2017) et en résidence au Rive Gauche, Scène conventionnée pour la danse, St-Étienne-du-Rouvray. Avec 21 créations à son répertoire, du solo à la grande forme, la compagnie tourne en moyenne 5 pièces totalisant plus de 40 représentations par an, dont un tiers in situ.